Historique

Historique de l’Académie

Notre académie est née en 1920 ;  ce n’était alors qu’une petite école de musique : deux ou trois professeurs et quelques élèves sont les précurseurs de ce qui deviendra notre académie aujourd’hui. Voici brièvement retracées quelques étapes essentielles de sa croissance :

1920

Une école de musique s’ouvre à Auderghem dans les locaux du complexe scolaire inauguré en 1913, à la rue du Docteur dont la plus grande partie fut rebaptisée rue Willame après la seconde guerre mondiale.

Extraits du règlement organique de l’école de musique d’Auderghem (1920) :

  • Article premier : l’école de musique d’Auderghem est instituée pour donner, conformément aux principes qui ont été arrêtés par le Conseil de perfectionnement, aux jeunes gens des deux sexes, l’instruction dans l’art musical.
    • Article 19 : les professeurs exercent la police intérieure de leur classe.  Ils ne peuvent recevoir que les élèves munis de leur carte d’admission signée par le directeur.  Ils ont la surveillance et sont responsables du matériel de leur cours.
    • Article 23 : les professeurs dont l’absence n’est justifiée ni par un congé en règle, ni par une maladie dûment constatée, sont passibles d’une amende égale à 2 jours de traitement pour chaque absence.  Ceux qui, sans autorisation ou sans empêchement légitime, manquent de faire trois leçons dans le cours du mois, sont privés de leur traitement pendant ce mois.
    • Article 24 : pour être admis en qualité d’élève à l’école de musique, il faut savoir lire et écrire, être âgé de sept ans au moins et être doué de qualités physiques nécessaires au genre d’études auquel on se propose de se livrer.
    • Annexe n° 2 : conditions générales pour les écoles de musique des quatre catégories :
      1. Un local convenable qui ne soit point dans un café ou dans un cabaret ;
      2. Un mobilier scolaire convenable ;
      3. La fréquentation de l’école par les deux sexes ;
      4. Un cours d’adultes (cours du soir ou du dimanche), au moins deux fois par semaine ;
      5. Un cours de chant en chœur pour les deux sexes ;
      6. Les professeurs devront être musiciens de profession, sauf pour les villages où les instituteurs communaux pourront être professeurs à l’école de musique s’ils possèdent les capacités musicales nécessaires ;
      7. Obligation de produire les élèves dans des séances publiques.

1925

Un minerval est demandé aux élèves des cours de :

  • solfège : 5frs
  • instruments (sauf piano) : 10 frs
  • piano : 20 frs

Les élèves étrangers à la commune paient  10frs de plus.

1929

Thierry TOSSENS, premier directeur en poste, décrit la très belle santé de l’école de musique d’Auderghem, attestée par l’inspecteur Paul GILSON :

« Répondant à sa note citée en marge, j’ai l’honneur de transmettre à Monsieur le Bourgmestre les renseignements demandés concernant l’Ecole de musique. (…) On se rendra compte immédiatement qu’avec un nombre réduit de professeurs, l’Ecole, dont la prospérité va croissant, parvient à assurer le vaste et complet enseignement de la musique, solfège, piano, violon, instruments de cuivre et de bois, dans le programme assigné aux écoles de musique.
Le dévouement et le talent de mes collaborateurs ont assuré à l’Ecole de musique d’Auderghem la meilleure réputation dans les sphères officielles et lui ont valu la confiance des familles. Nombreux sont les jeunes gens que nous avons formés et que nous avons eu la satisfaction de voir réussir dans l’art musical, voire à se créer une position artistique ou lucrative dans la musique.
Le programme de l’Ecole de musique comporte les matières imposées par les autorités supérieures. L’inspection de nos cours est effectuée régulièrement par le Maître Paul Gilson, Inspecteur général du Gouvernement. Les rapports de Mr Gilson, j’ai plaisir à le dire, sont entièrement favorables à notre Ecole et constituent pour nous un encouragement flatteur en même temps que la reconnaissance de nos efforts.
Je ne vois guère de changement immédiat ni d’amélioration profonds à apporter à notre organisation, compte tenu des chiffres de la population et des ressources de la  commune.
Toutefois les cours de piano , prenant de plus en plus d’importance, il devient impossible au seul professeur en exercice de l’assurer comme il conviendrait. Il est donc indispensable de diviser ces cours entre deux professeurs de piano. D’autre part, cette mesure exigera l’achat d’un second piano.
A part ces modifications indispensables, j’estime, Monsieur le Bourgmestre, que l’organisation actuelle peut être maintenue. »

                                   Le Directeur de l’Ecole

                                     Th. TOSSENS

 

Population scolaire, de 1920 à 1945 : Il y a une centaine d’élèves au début des années 20 et ce chiffre augmentera jusqu’au début de la guerre (+/- 200 élèves) pour retomber à 81 élèves en 1945.

1947

Franz CONSTANT, professeur de solfège et de piano, devient directeur de l’école de musique d’Auderghem après l’intérim d’Etienne DINDALE pendant les années de guerre.

1949

L’école communale de Musique est classée en deuxième catégorie. Les cours donnés sont le solfège, le chant, le piano, le violon, les cuivres et les bois.

Note de l’Inspecteur :

«  L’enseignement du solfège n’y a pas toute son importance, trop d’élèves sont exempts de cette discipline ; les cours de chant et d’instruments à vent sont quelconques, mais celui du piano est bon.

Son nouveau directeur, qui est animé de louables intentions doit stimuler les bonnes volontés et être exigeant afin de hausser le niveau des études de son école. »

1950

Le minerval y  est passé à 50 frs par élève et par cours. Aucun taux spécial n’y est plus perçu pour les élèves n’habitant pas la commune.
Il y a 175 élèves, dont 63 garçons et 112 filles.

1953

Note de l’Inspecteur au Collège des Bourgmestre et Echevins après sa visite du 25 mars 1953 :

« Messieurs, (…) mon impression à l’issue de cette visite a été satisfaisante (…). Toutefois j’ai constaté que les cinq pianos mis à la disposition des professeurs et des élèves sont en très mauvais état et devenus nettement insuffisants. Si la remise en état de quelques uns de ces instruments est encore possible, je considère qu’il est indispensable d’acquérir au moins un nouveau piano qui serait réservé aux élèves du stade moyen et supérieur. (…) »

1956

Il y a 136 élèves.
Note de la Commission Administrative de l’école de Musique :

« (…) La commission demande également que le cours de piano de Mme MELOTTE, surchargée, soit dédoublé et suggère que Monsieur ANDRE Jacques, ancien élève de l’école, 1er prix du Conservatoire de Bruxelles pour le piano et le solfège, habitant Auderghem, soit recruté à titre intérimaire. (…) »

1963

Admission de l’école de Musique en première catégorie. Elle s’appelle désormais : Académie de Musique d’Auderghem. Cette même année voit l’ouverture d’une classe de solfège néerlandophone.
Il y a 330 élèves.

1976

Jacques ANDRE, professeur de piano, succède à Franz CONSTANT à la direction de l’académie

Les « golden sixties » ainsi que la présence active de Franz CONSTANT à plusieurs échelons de la vie musicale belge ont largement contribué au développement de notre académie : Création de nouveaux cours (un cours de diction dès la fin des années 50 puis les cours de déclamation, d’art dramatique,  de percussion, violoncelle, contrebasse, flûte traversière, saxophone, histoire de la musique et guitare), accroissement substantiel du nombre d’élèves (+/- 600 en 1976) et de professeurs (35 en 1976), passage au statut d’académie de Musique en 1963 (avec à la clef un meilleur soutien du Ministère de l’Education Nationale).

1984

Première journée « portes ouvertes » avec leçons, répétitions et mini concerts publics. Une place importante est donnée aux Arts de la Parole.

1986

Grand concert d’anniversaire pour les 75 ans de Franz CONSTANT.

1987

Concours pluridisciplinaire inter-académies : L’académie d’Auderghem remporte le 2ème prix de la finale à Nivelles avec son spectacle « Les Adieux » (de et mis en scène par
Jean-Claude IDEE) et le prix de l’Alliance Française pour la meilleure interprétation dramatique.
L’académie change une première fois de nom : Académie de Musique et de l’Art de la Parole « Franz Constant ».

1988

Festival d’Art dramatique « Les Arlequinades » organisé par le Ministère de la Communauté Française : l’académie d’Auderghem remporte le 1er prix et le prix de la mise en scène pour « Esther » de J. Racine (mis en scène par Jean-Claude IDEE).

1990

Création de l’A.T.A.C. (Ateliers Théâtre de l’ACa).
Il y a 33 professeurs et 750 élèves.
Notre secrétariat acquiert son premier photocopieur.

1991

Notre académie change une deuxième fois de nom ; elle s’appelle désormais  A.C.M.T.A. « Franz Constant » (Académie Communale  Musique – Théâtre d’Auderghem « Franz Constant »).
Grande fête concertante mettant en jeu la plupart des cours de l’académie autour des 200 ans de la mort de W.A. MOZART.

1993

L’académie investit la salle « machines-outils » pour un spectacle pluridisciplinaire « L’aurore hypothéquée » et pour une collaboration avec le festival de musique contemporaine « Ars Musica ».
Le Centre Culturel d’Auderghem accueille l’académie pour deux grands concerts : Les « Carmina Burana » y sont joués au profit d’Amnesty International avant un grand concert offert par les professeurs à leur directeur Jaques ANDRE qui quitte ses fonctions le 30 juin de cette année.
Serge CLEMENT entre en fonction le 1er septembre 1993.

            Les quinze années du mandat de Jacques ANDRE sont marquantes à plusieurs titres : Profondément humaine et conviviale, sa direction amène un nouvel esprit et un nouveau ton : Il aime rassembler élèves et parents à l’occasion de grandes fêtes musicales, poétiques et théâtrales. Il initie de véritables passerelles entre la Musique et les Arts de la Parole qu’il développe considérablement. La population de l’académie continue de croître (Plus de 750 élèves en 1993). Il crée un cours de hautbois et ouvre l’académie au Jazz et à la musique ancienne (création des cours de jazz, de clavecin et de flûte à bec).

1994

La Communauté française instaure un minerval à l’inscription des étudiants.  Mise en route de plusieurs projets pédagogiques.  Deuxième participation de l’académie au festival de musique contemporaine « Ars Musica ».  Naissance du « Collectif claviers » regroupant tous les professeurs de piano autour d’un même projet pédagogique, d’évaluations et de concerts communs.  Le domaine Parole crée le cours de « Formation vocale de l’acteur » sous forme de projet pédagogique ouvert tant aux comédiens qu’aux chanteurs.  Concert d’hommage aux victimes du génocide au Rwanda.  Didier GOSUIN devient Bourgmestre à Auderghem.

1995

Troisième participation au festival « Ars Musica ».  Participation de l’académie au festival international de Théâtre à Targoviste (Roumanie).  Deuxième année de projets pédagogiques à la base de nouvelles périodes de cours.  Mise en route du projet de rénovation de l’académie (3 dossiers « ACA 2000 »)

1996

Aménagement de la salle Mertens (ancien atelier de l’ex-école technique) en salle de spectacles de +/- 80 places.  Décès, à 85 ans, de Franz CONSTANT.  Naissance de l’ASBL « Gestes et Création » et premier festival du même nom.

1998

Nouveau décret régissant et modifiant l’Enseignement Secondaire Artistique à Horaire Réduit (ESAHR). Création des 3 chœurs d’enfants de la Monnaie (convention entre le Théâtre Royal de la Monnaie, l’académie Franz Constant d’Auderghem et la COCOF).  Grande fête pluridisciplinaire consacrée à Michel DE GHELDERODE.

1999

Création du concert Amnesty, un des premiers jalons d’une saison de concerts à l’académie.
A l’occasion de son 70ème anniversaire, Henri POUSSEUR est en résidence à l’académie.

2000

Inauguration de l’académie rénovée.

2001

Naissance de l’ensemble « Bouche à Oreille » (BAO1), ensemble travaillant d’oreille (sans partition)  des musiques de tradition populaire. Première semaine Acajou’e (suspension des cours pendant 1 semaine pour 15 concerts d’élèves).  Premiers plans d’une « vraie » salle de spectacle.

2002

La Choraline, Chœur de Jeunes de la Monnaie part en tournée en Afrique du Sud. L’académie participe aux cérémonies du jumelage entre Auderghem et Patmos (Grèce).  L’académie se dote d’un grand clavecin français, copie du XVIIème siècle.  Grand événement pluridisciplinaire en l’honneur de l’Euro (pe) : « €uro.pe@libitum ».

2003

Spectacle pluridisciplinaire consacré à Jacques BREL à l’occasion du 25ème anniversaire de sa mort.  Naissance de l’ensemble BAO2.

2004

L’académie se dote, en deux phases d’achat, de 18 nouveaux pianos, dont deux Steinway modèle B.  La Maîtrise de la Monnaie est en concert à Utrecht et enregistre, chez Fuga Libera, « The Golden Vanity » au sein d’un CD consacré à B.Britten.  La Choraline enregistre, chez Fuga Libera, « BABEL » (musiques du Monde).  Premier concert des Cracs, réunissant chaque année quelques étudiants parmi les plus talentueux de l’académie. Première journée inter-académies de Flûte traversière (divers ateliers et concert final commun). Premier concert de Partage à l’église Ste Anne.

2005

Premiers concerts de fin d’études (dernière prestation festive d’un étudiant en fin de cycle). Première de trois saisons de concerts à l’auditorium MAENE, en attendant que notre future salle de concerts en voie de construction puisse accueillir nos deux nouveaux pianos Steinway.  Naissance de l’atelier Feldenkrais (où des étudiants musiciens travaillent et améliorent leur conscience corporelle).

2006

Création du site WEB de l’académie,  grâce à une maman d’élèves, professeur à l’ULB, Atika Cohen.  Naissance des « P’tites Fourmis et P’tites Parlottes », cours d’éveil pluridisciplinaire entre 5 et 7 ans. Création du label ACAJOU’E de l’académie avec un premier opus consacré à l’ensemble BAO1.

2007

L’ensemble BAO2 remporte un 1er prix au concours international de Neerpelt.
Myriam BEUKEN et Françoise LESNE sont les deux nouvelles directrices adjointes de l’académie d’Auderghem.

2008

Premier concert Jeunes talents (podium ouvert à nos anciens étudiants inscrits au Conservatoire).  Inauguration de notre nouvel auditorium de 125 places lors d’un mémorable « midi-minuit » (10 concerts Musique/Parole non-stop).  Décès, le 1er mai, de notre ancien échevin Guy WILLEM, auquel avait succédé Christian COPPENS. Grand festival pluridisciplinaire consacré à Olivier MESSIAEN à l’occasion du centenaire de sa naissance.  L’académie d’Auderghem remporte au concours DEXIA Classics le prix de la meilleure académie de Belgique, avec six lauréats dont trois 1ers prix.

Ces quinze premières années du mandat de Serge CLEMENT coïncident avec l’arrivée de Didier GOSUIN à la tête de la commune d’Auderghem.  Elles voient l’académie se développer à tous les niveaux : rénovation des bâtiments, nouveaux pianos, nouveau matériel pédagogique, nouvelle salle de concerts, augmentation substantielle du nombre d’élèves (+ de 1100 en 2008) et du nombre de professeurs (+ de 50), création d’un horaire complet de sous-direction.  La VOIX, les activités d’ENSEMBLE et l’OUVERTURE à tous les styles de musique sont au centre de l’activité pédagogique : 6 chorales pour enfants, dont les 3 chœurs d’enfants de la Monnaie, 2 chorales pour adultes, le cours de chanson française, les ensembles de Bouche à oreille, 2 groupes de cordes, une fanfare, un atelier rock, …  L’académie d’Auderghem réussit ainsi le tournant important de la réforme pédagogique que proposait la Communauté française en 1998 : très vite, grâce à la création de nombreux ensembles et d’une véritable saison de concerts en relation avec l’activité pédagogique, la scène s’ouvre à tous les étudiants. Ces dernières années, une attention accrue aux élèves les plus talentueux (facilités horaires pour les professeurs, concert des Cracs, contacts suivis avec les anciens élèves inscrits au Conservatoire, …) participe entre autres à la meilleure formation de nos futurs professionnels.